vous lisez...
Non classé

Discours de Mgr NZAPALAINGA à l’ouverture

DISCOURS D’OUVERTURE DE LA RENTREE PASTORALE 2011-2012

LA FAMILLE

«  Famille chrétienne : Debout ! Préparons le Royaume de Dieu ».

« Sewa-wamabe ti kota vaka-Da Nzapa ti Bangui : Londo ! E leke Ndogbya ti Nzapa»

Rev Père Dieudonné NZAPALAINGA à l'ouverture des assises Photo CANdotah

            « … Vous tous les assoiffes ! Venez vers l’eau. Et ceux qui n’ont pas d’argent ! Oui, venez, achetez du vin et du lait, sans argent et sans prix » (Is. 55,1). Voici l’appel que nous adresse le Seigneur en cette rentrée pastorale.

La rentrée pastorale est un temps de grâce auquel le Seigneur nous convoque, nous tous ses fils et filles, assoiffés de son Amour, pour l’écouter, méditer, se rencontrer, rester, prier, apprendre ensemble et chercher un point de vue commun, parler un même langage et ensemble partager des expériences de vie pour une marche ecclésiale, car «il est beau de rester en frères»(cf. Ps 133, 1).

C’est le moment de répondre à cet appel en démontrant, en effet, que nous sommes vraiment une famille, que nous appartenons effectivement à l’Eglise-Famille de Dieu à Bangui. Oui ! Le Seigneur Jésus-Christ, convie tous ses frères, héritiers du royaume des cieux, à cette rencontre festive pour vivre l’unité de son corps mystique.

Nous avons pris deux ans pour réécouter des appels à vivre les sacrements. Nous avons eu des occasions pour discuter et partager de la nouvelle vie du disciple du Christ dont les sacrements sont la base et le fondement.

 Cet aggiornamento, combien salutaire, nous a permis non seulement de prolonger nos réflexions sur les sacrements, mais encore et surtout,  de les vivre et mieux les intégrer dans notre vie et dans nos différentes entités sociales des temps présents. En effet les sacrements sont la vie même du chrétien dans Notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ. Ils sont Signes et Présence de la vie de Dieu en chaque chrétien.

En effet suite à ce ressourcement, nous avons plus conscience maintenant de ce que sont les sacrements ; leurs effets pour nous et sur nous, chrétiens catholiques, et leurs sens comme vie nouvelle dans l’Esprit Saint. C’est une semence que nous venons de jeter ; soyons patients pour la récolte et veillons. Laissons à l’Esprit Saint le travail de croissance.

 Le premier lieu indiqué pour vivre les sacrements est sa famille. C’est ainsi que nous avons choisi, pour ces années à venir, de parler dela Famille. LeSeigneur Jésus, Le Fondement et Le Fondateur des sacrements a d’abord vécu dans une famille. Il a donc réalisé la volonté de son Père dans une famille.

En plusieurs points les évangiles nous ont décrit des activités humaines de Jésus ; sa mère, ses frères, ses voyages, des gens qu’il a rencontrés, des amis chez qui Il allait manger ou se reposer pour surtout refaire ses forces. Ses parents qui Le cherchent car son absence est trop prolongée.

C’est donc dans un univers d’hommes et de femmes que Jésus-Christ a fondé les sacrements ; en témoignant de l’Amour pour tout homme et en vivant dans l’obéissance totale et parfaite par rapport à la volonté de Son Père jusqu’à embrasser la croix (Ph 2).

Nous ne pouvons vraiment parler des sacrements sans tenir compte de la vie familiale, car rien de ce qui existe en l’homme et pour lui n’existe en dehors d’un cadre familial.

 La famille est la création de Dieu (cf. Gn 1, 27-28).

D’une manière générale, quand on parle de la famille, on distingue un homme et une femme qui vivent unis. Ils sont reconnus époux et épouse selon un type de contrat ou alliance. L’on souhaite habituellement la bénédiction d’avoir des enfants dans ce couple car ils sont l’une des finalités de l’union contractée.

 Cependant, la famille ne se limite pas seulement aux parents et leurs progénitures. Elle englobe des oncles, des tantes, des cousins germains. Elle va plus loin car elle désigne autant la communauté villageoise ou l’ensemble de ceux qui sont nés sur le territoire, appelé pays natal.

A partir des circonstances spéciales, heureuses ou malheureuses, fait partie de la famille une autre ethnie. Par exemple pour mettre fin à un conflit sanglant les antagonistes signent une alliance pour arrêter l’hégémonie et donc de ne plus se faire la guerre et se considérer, désormais, comme des frères. C’est le pacte du sang. Ils seront ainsi régis par les mêmes lois de consanguinité pour des générations à venir.

Dans la société moderne, il existe aussi une forme d’être famille : c’est le cas de ceux qui se mettent ensemble pour exercer une activité génératrice de revenus, soit par association de fonds, soit par la pratique de cultures champêtres, ou l’élevage de bétails. Elles forment une famille.

L’on assiste de plus en plus aux associations des étudiants de tel et tel pays ; des (amicales) de ceux qui se regroupent le samedi et dimanche matin pour pratiquer ensemble le sport et partager un repas.

Enfin non seulement nos différentes confessions religieuses forment une famille, mais notre Eglise-Famille de Dieu qui est à Bangui regorge des associations de fidèles laïcs qui se distinguent par l’uniforme de leur Saint Patron, par leur mode de s’accueillir, se saluer, de prier. C’est pour dire que notre société renferme multi formes d’être famille.

Toutes ces réalités, chacune s’estimant meilleure des autres, se targuant l’intelligibilité même de l’idéal humain,  révèle qu’il y a des valeurs à découvrir et à vivre, à savoir : la solidarité, la paix, la convivialité, l’égalité, le pacte de sang, la tontine, le bon sens, la fraternité.

Derrière chaque réalité il y a un sens à donner, à élucider pour une meilleure compréhension et un bon usage pour le bien et le bonheur de tous. En effet nous vivons le plus souvent dans ces différents milieux sans pour autant mesurer leur importance et leur profondeur. L’homme ignore souvent ce que c’est qu’être famille et être en famille.

 Parler de famille n’est toujours pas chose facile. Elle renferme de richesses profondes. Elle exige de l’homme des connaissances appropriées afin de bien vivre et vivre heureux. Le plus souvent l’on  parle superficiellement de la famille.

Que signifie de nos jours ; parler de ses parents géniteurs en terme de: vieux ? Comment expliquer cette révolution ? Voilà un exemple de déplacement de compréhension. Est-ce que les parents perdent de leur autorité vis avis de leurs enfants ? Ou bien ils ne sont plus acceptés par ces derniers ? Comment expliquer cette nouvelle relation ? De qui les jeunes ont recours pour construire leur avenir : aux mass medias et/ou auprès des sages de chez soi ?

Nous assistons presque impuissants aux multiples divorces de nos jours, la dépravation des mœurs. L’union libre entre homme et femme semble chose normale. Peut être il serait judicieux de réviser la question de la dot. Elle devient un obstacle pour les jeunes couples qui ne disposent pas de revenus suffisant. Si nous aimons notre société nous devrions lutter pour aider des couples à légitimer leur union devant les hommes et devant le Seigneur.

Le nombre de polygamie va croissant. Avoir un enfant d’un autre homme ou d’une autre femme libre est monnaie courante. Le nombre des enfants de rue augmente et ils sont rejetés à la périphérique. Quel type de famille constituent-ils ?

Afin de nous aider à mieux comprendre ou à mieux nous ressourcer par rapport aux réalités relatives à la famille et ses multiple formes et contours terminologiques, nous avons fait appel à des spécialistes pour qu’ils nous instruisent davantage sur ces terminologies ; afin de cerner ce qui seraient des valeurs à retenir pour un avenir meilleur et à écarter tout ce qui ne conviendrait pas à rehausser l’homme et notre société. En effet tout ce qui arrive aux autres ne fait nécessairement pas notre bonheur.

Ces hommes et femmes de science, professeurs d’université, sont donc avec nous pour nous ouvrir les yeux. Soyons vraiment persuadés de ce qu’ils vont nous partager. Faisons-nous violence pour être toujours assidus afin de mieux écouter, participer et reporter aux autres qui sont absents.  Nous ne perdrons assurément pas le temps en nous ressourçant.

Ce que nous apprendrons sont des outils nécessaires pour préparer un futur meilleur de notre Eglise-Famille de Dieu à Bangui. Nous sommes un peuple en marche vers les hauts faits de Dieu. Comme l’Evangéliste Saint Matthieu nous propose en ces termes, je cite:  « Avez-vous compris tout cela ? » – <Oui>, lui disent-ils Et il (Jésus) leur dit : « Ainsi donc tout scribe devenu disciple du Royaume des Cieux est –semblable à un propriétaire qui tire de son trésor du neuf et du vieux. » (Mt 13,51-52)>.

Oui ! tirons de nos sagesses et des sciences modernes pour construire.

Oui ! Il nous faut tirer dans le grenier ancestral ce que le Créateur nous a donné et tirer de ce que le monde moderne nous donne pour évoluer.

Oui tirons avec discernement à la lumière de l’Evangile.

Je vous souhaite une bonne et joyeuse participation aux assises. Que le Saint Esprit vous comble de son ombre et vous rende dociles à l’écoute de Dieu.

FAMILLE CHRETIENNE DE L’ARCHIDIOCESE DE BANGUI : DEBOUT PREPARONS LE ROYAUME DE DIEU.

Discussion

Une réflexion sur “Discours de Mgr NZAPALAINGA à l’ouverture

  1. discours plein de réalisme et d’intelligence spirituel

    Publié par ESB | 23 septembre 2011, 1402 31

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

RSS Radio Notre Dame

  • Une erreur est survenue ; le flux est probablement indisponible. Veuillez réessayer plus tard.

Cliquer ici pour recevoir nos informations sur votre mail

Rejoignez 80 autres abonnés

Stats du Site

  • 43,311 Visites à ce jour

Archives

Nous ne pouvons pas accéder aux données associées à ce site.

%d blogueurs aiment cette page :