vous lisez...
Non classé

Mot de remerciement de son Excellence Mgr Dieudonné NZAPALAINGA le 22/07/12

Eminence Fernando cardinal FILONI, Préfet  de la Congrégation de l’Evangélisation des Peuples,

Excellence Thaddeus OKOLO, Nonce Apostolique en Centrafrique et au Tchad,

Chers Confrères dans l’épiscopat de Centrafrique et venus d’ailleurs,

Excellence François BOZIZE YANGOUVONDA, Président de la République centrafricaine, Chef de l’Etat

Excellence Faustin Archange TOUADERA, Premier Ministre, et les membres du Gouvernement,

Excellence Le Roy GAOMBALET, Président de l’Assemblée Nationale et tous les Députés,

Excellences les membres du Corps diplomatique, des Délégations et Organismes accrédités en Centrafrique,

Messieurs les abbés, membres du clergé diocésain centrafricain,

Religieux, Religieuses,

Représentants des différentes confessions religieuses,

Et tout le peuple de Dieu,

Ce jour est un grand  événement pour notre Eglise et notre pays. Ces trois ans d’attente ont été longues. Mais la patience manifestée par le peuple de Dieu dans une fervente prière a porté aujourd’hui ses fruits avec la consécration de quatre  nouveaux évêques appelés au service de l’Eglise en Centrafrique. Il s’agit de :

  • Mgr Dennis Kofi AGBENYADZI, évêque de Berbérati,
  • Mgr Nestor Désiré NONGO AZIAGBIA, évêque de Bossangoa,
  • Mgr Cyr-Nestor YAPAUPA, évêque coadjuteur d’Alindao.
  • Et moi, votre humble serviteur, Mgr Dieudonné NZAPALAINGA, archevêque de Bangui.

Nous avons des raisons de nous réjouir et de rendre grâce à Dieu. Avec Marie, chantons le magnificat pour les merveilles que le Seigneur a réalisées en  faveur de son peuple.

Dans la longue liste des remerciements, nous tenons à exprimer notre communion et toute notre gratitude à sa Sainteté le Pape BENOIT XVI pour sa sollicitude et l’attention qu’il a particulièrement portée à l’Eglise de Centrafrique à travers la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples dont le Préfet nous fait ainsi l’honneur de présider personnellement à cette belle célébration en compagnie de Mgr Edouard MATHOS et de Mgr Thaddeus OKOLO, co-consécrateurs à nos ordinations.

Alors que la barque de l’Eglise en Centrafrique a été ballotée en tous sens par des vents contraires, le peuple de Dieu et ses pasteurs ont pu bénéficier du soutien du Nonce Apostolique. Il ne s’est pas limité uniquement à ses fonctions diplomatiques de représentation. Il a manifesté par bien des égards qu’il est aussi un pasteur en sillonnant des diocèses. Nous lui en sommes gré. Toutefois nous veillerons au respect des institutions et des attributions propres à chacun.

Nous voulons par ailleurs remercier tous les confrères de l’ACERAC pour leur sollicitude et leur présence fraternelle. Nous pensons particulièrement à Mgr Louis PORTELLA, Président de la Conférence épiscopale du Congo Brazzaville. Par sa bienveillance, la qualité de son écoute et ses efforts de médiation, il fut un acteur indispensable dans la résolution de cette crise au sein de l’Eglise en Centrafrique. Il a de nouveau manifesté cette attention en nous accompagnant spirituellement. Homme de foi et d’une grande spiritualité, il  nous  a  enrichis  de  son  expérience   pastorale    lors de la retraite qu’il nous a prêchée et dont le thème portait sur LA CONTEMPLATION DU CHRIST, ICONE DU PERE. Tout en méditant sur la triple fonction qui constitue le ministère épiscopal à savoir les fonctions d’enseignement, de sanctification et de gouvernement, il nous a appris à ne pas négliger l’essentiel, c’est-à-dire notre relation personnelle avec le Christ qui est la référence de notre charge pastorale. Nous devons nous appuyer sur le Christ et nous configurer à lui par la sainteté de notre vie. C’est en le prenant comme modèle par la constance dans les épreuves et dans nos engagements, la miséricorde à l’égard de tous, une vie de prière assidue, que nous laisserons la Parole et l’Agir du Christ se manifester dans nos actions. Aussi faciliterons-nous le rayonnement de la Bonne Nouvelle. Excellence et cher confrère, pour ces paroles d’encouragement et d’édification que vous nous avez données et pour le souci que vous témoignez à la réussite de notre ministère, nous vous en remercions.

Au cœur même de la ville de Bimbo, nous avons découvert chez les Carmes le cadre idéal pour notre préparation spirituelle. Nous tenons vraiment à remercier toute la communauté pour son hospitalité. Nous garderons à jamais le souvenir de ce séjour qui a marqué le commencement de notre épiscopat. Nous vous assurons de nos prières comme vous avez aussi promis de nous porter dans les vôtres.

Avec ces nouvelles nominations, nous pouvons estimer à juste titre que la crise serait dépassée. Cette dernière nous a effectivement permis de mesurer nos faiblesses et nos qualités. En prenant appui sur ces difficultés, nous pouvons désormais envisager des projets de développement pour notre Eglise et notre pays. En ce sens la crise a déclenché une heureuse dynamique qui est porteuse de vie et d’espérance pour le peuple chrétien tout entier. La tempête a été calmée.

Dans l’humilité à la voix du Seigneur qui appelle des hommes et des femmes à son service, nous ne pouvons que nous laisser interpeller et donner corps aux valeurs qui nous constituent véritables témoins de la Bonne Nouvelle. Dans le contexte de la nouvelle évangélisation, il n’est question ni de prosélytisme, ni de contrainte, mais davantage de témoignage. Il s’agit de faire connaître et de faire aimer le Christ dans l’amour que ce dernier manifeste à tout homme. Faire aujourd’hui preuve de cet immense amour de Dieu aux hommes est non seulement un défi que le Christ lance à l’Eglise de Centrafrique, mais c’est aussi un programme de vie et une grande responsabilité.

Conscients des limites qui affectent l’homme en dépit de sa bonne volonté,  nous ne pouvons que faire confiance en la grâce de Dieu qui nous porte et au projet divin qui nous dépasse et nous embrasse. Personne n’est maître de ce projet. Nous ne sommes que des instruments à son plein déploiement. C’est ainsi que saint François Xavier exhortait les croyants à mettre leurs facultés au service du Christ en devenant chacun en ce qui le concerne ses bras, ses yeux, ses jambes…  Comment ne saurions-nous pas apprécier la beauté du peuple de Dieu à travers le prisme de l’harmonie que rayonnent ses membres ?

Telle est désormais la mission qui nous incombe :

  1. Incarner l’amour de Dieu dans les relations que nous entretenons avec le peuple de Dieu
  2. Construire des passerelles entre les hommes et les femmes de bonne volonté
  3. Affermir la fraternité entre les hommes de toute conviction
  4. Redonner espoir à ceux et celles qui sont confrontés aux difficultés et désespèrent de la vie.

L’heure du renouveau a certes sonné. Mais elle n’est pas un gage à la paresse. Comme dans le discours programme de Jésus au début de l’Evangile selon saint Luc (Lc 4, 16-30), nous avons la responsabilité, non seulement d’annoncer les bienfaits de Dieu, mais de veiller à ce que beaucoup s’y reconnaissent. Nous sommes alors appelés à ouvrir des brèches dans les relations humaines et à indiquer la voie qui mène à Dieu.

Comment pouvons-nous porter une telle responsabilité si nous manquons de crédibilité ? Nous ne serons pas évalués en fonction de notre éloquence, encore moins de notre intelligence. Bien au contraire le critère essentiel du jugement reste notre capacité à manifester la compassion et à transcrire en acte la volonté de Dieu. Tel est le message qui transparaît du jugement dernier en saint Matthieu :

Alors le Roi dira à ceux de droite : “Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume qui vous a été préparé depuis la fondation du monde. Car j’ai eu faim et vous m’avez donné à manger, j’ai eu soif et vous m’avez donné à boire, j’étais un étranger et vous m’avez accueilli, nu et vous m’avez vêtu, malade et vous m’avez visité, prisonnier et vous êtes venus me voir.” (Mt 25, 34-36)

En tant que Conférence Episcopale Centrafricaine (CECA), nous avons le devoir de manifester cette fraternité et d’être un facteur d’unité pour le peuple de Dieu dont nous portons la responsabilité pastorale. A cet effet Jésus ne s’est pas trompé lorsqu’il a fait de l’unité le critère de reconnaissance et de crédibilité de ses disciples :

« Je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, pour qu’ils soient un comme nous sommes un ; moi en eux et toi en moi, afin qu’ils soient parfaits dans l’unité, et que le monde reconnaisse que tu m’as envoyé et que tu les as aimés comme tu m’as aimé » (Jn 17, 22-23).

Cette sollicitude devrait nous rendre attentifs aux besoins primordiaux de toute personne et de les accompagner dans leur quête de Dieu. Nous sommes donc invités à établir des projets réalistes qui accordent la première place à l’homme. Nous construisons ainsi une Eglise experte en humanité comme le disait déjà le pape PAUL VI à la tribune des Nations Unies.

Dans la perspective d’une Eglise vraiment incarnée, nous sommes appelés à devenir signe de Dieu dans le monde de ce temps. Nous sommes tous responsables de la mission que le Christ a confiée à son Eglise. Evêques et pasteurs de nos diocèses respectifs, nous sommes néanmoins tributaires du dévouement et de l’engagement pastoraux des autres acteurs qui sont en l’occurrence les prêtres, les religieux, les religieuses, les catéchistes et tous les chrétiens et chrétiennes qui font vivre notre Eglise. Il n’est pas excessif de rappeler le rôle de premier plan joué par les laïcs dans la construction et la prise en charge de notre Eglise. Nous les saluons. En dépit de la jeunesse de notre Eglise, nous pouvons néanmoins compter sur la grande générosité des chrétiens et chrétiennes qui la portent. Loin de tout antagonisme, la hiérarchie aura tout à gagner dans une franche collaboration et dans le partage des efforts. C’est dans l’unité et dans le respect de la vocation respective de toute personne que nous réalisons le projet que Dieu a confié à son peuple.

Par la crédibilité de son témoignage, l’Eglise peut devenir un modèle qui interpelle les gouvernants et les décideurs politiques et économiques sur certains choix qui ne prennent pas entièrement en compte les aspirations de l’homme dans son épanouissement intégral. Loin de se focaliser dans une critique stérile, l’Eglise se situe plutôt comme un partenaire décisif. Elle attire l’attention des gouvernants sur des manquements à leurs engagements primaires et leur rappelle la nécessité de :

  • l’éducation à la bonne gouvernance des ressources humaines et naturelles
  • la transparence dans la gestion des biens communs
  • l’établissement d’un mécanisme de suivi et de contrôle des activités publiques
  • l’exigence d’une éthique professionnelle en vue de lutter contre l’impunité, la violation flagrante des droits fondamentaux de l’homme et la corruption sous toutes ses formes.

L’Evangile devient alors force de propositions et de libération pour des hommes et des femmes de bonne volonté qui sont en quête de la vérité.

Dans le renouveau qui porte l’Eglise en Centrafrique et dans lequel s’inscrit cette grande et belle célébration des ordinations, nous sommes conscients que le chemin à faire est encore immense. Toutefois dans l’espérance qui nous caractérise, nous ne devons pas nous figer sur le passé, aussi douloureux soit-il. Laissons-nous donc porter par les grâces de l’unité, de la réconciliation, de la justice, du dialogue à tous les niveaux social,  politique et interreligieux. Devenons des sources d’espérance les uns pour les autres.

Unis en Dieu par l’intercession de Marie, notre Mère, nous vous saluons tous et vous donnons nos bénédictions paternelles. A ceux et celles qui sont venus de loin, et même de très loin, nous vous souhaitons un très bon voyage. Que le Seigneur vous ramène en toute sûreté dans vos foyers respectifs.

À propos de peredieub

Prêtre de l'Eglise Catholique Romaine depuis le 27 septembre 2009, je travaille actuellement comme vicaire à la Cathédrale Notre Dame de l'Immaculée Conception de Bangui en République Centrafricaine, Aumônier de la Jeunesse Etudiante Chrétienne (JEC) et aumônier du Sanctuaire Marial de Ngukomba.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

RSS Radio Notre Dame

  • Une erreur est survenue ; le flux est probablement indisponible. Veuillez réessayer plus tard.

Cliquer ici pour recevoir nos informations sur votre mail

Rejoignez 80 autres abonnés

Stats du Site

  • 43,311 Visites à ce jour

Archives

Nous ne pouvons pas accéder aux données associées à ce site.

%d blogueurs aiment cette page :